Investir dans l’art ? Est-ce toujours rentable ?

placements dans l'art

Investir dans l’art ? Les économies développées connaissent, à l’heure actuelle, des taux historiquement bas, voire proches de zéro. En cause bien sûr, plusieurs phénomènes successifs : la violente crise des subprimes survenue en 2008 et jusqu’au tout récent Brexit. Face à cette situation incertaine, dont certains économistes estiment qu’elle se prolongera encore pendant quelques années, les investisseurs sont à la recherche de placements sereins. Le marché de l’art pourrait ainsi se révéler une alternative idéale.

 

Investir dans l’art | L’Etat du marché de l’art en 2016 / 2017

D’une manière générale, on peut affirmer que le marché de l’art a su résister à de nombreuses crises depuis l’essor de l’Internet commercial et le début des années 2000. Ainsi, le secteur jouit encore aujourd’hui d’une réputation solide, face aux aléas des marchés financiers. Cependant, et même si la mondialisation semble être inévitable dans bien des domaines, il semble que les habitudes de consommation évoluent rapidement pour se tourner à nouveau vers des valeurs « sûres ». Le public semble désormais davantage attaché à des produits de qualité, avec un intérêt croissant pour les objets d’art anciens, synonymes de qualité et de longévité. Cette tendance est accentuée désormais par la démocratisation des technologies de l’information et de la financiarisation, qui permettent à un public plus large d’investir massivement dans l’art.

Le marché de l’art, très ancien à l’origine, était réservé autrefois à un public fortuné et avisé. Cependant, le public de collectionneurs s’est profondément diversifié depuis l’après-guerre, passant ainsi de 500 000 amateurs à plus de 70 millions sur tous les continents aujourd’hui. Cette situation a été renforcée par le développement de l’économie dite « muséable », transformant les objectifs des lieux culturels, auparavant philanthropique vers des considérations davantage lucratives.

Face à cela, et compte tenu d’une situation économique en berne depuis quelques années ; les professionnels de la finance s’organisent pour trouver des solutions alternatives à l’installation des taux négatifs. Leader à un niveau mondial de l’information sur le marché de l’art, l’entreprise de cotation Artprice affirme avoir triplé le nombre d’abonnements des professionnels de la finance à ses services, selon le responsable de la société Thierry Ehrmann. Mais en quoi consiste donc Artprice et quelles sont ses prérogatives dans le secteur de la transaction artistique ?

 

Artprice et la cotation des œuvres d’art

Entreprise française leader de la cotation du marché de l’art depuis 1997, Artprice est à l’origine de millions de transactions d’œuvres d’art sur Internet. Récemment encore, elle était en mesure d’estimer que près de 118 millions d’œuvres avaient circulé sur sa plateforme, et que 628 000 artistes étaient à l’honneur. Mais les rendements les plus impressionnants ne sont pas forcément réservés uniquement aux artistes les plus en vogue, selon la société lyonnaise.

achat art artpriceAinsi, et malgré la crise économique qui touche les principaux indices boursiers, le prix des œuvres échangées lors de ventes publiques a grimpé de 91% en 16 ans. Des résultats encore plus explicites sur le sujet font état d’une progression du marché de l’art contemporain de 1 200% depuis le début des années 2 000. Pour comparer avec les indices boursiers traditionnels, voici quelques chiffres éloquents issus de la même période : on a ainsi constaté que le S&P500 – le principal indice boursier américain prenant en compte les 500 plus grandes entreprises du pays, plafonnait à hauteur de 40%. Le DAX – principal indice boursier allemand affichait quant à lui une performance de +54%. Le CAC40 – principal indice boursier des plus grandes entreprise françaises, témoignait d’une contre-performance de 22%.

 

Comment investir sur le marché de l’art durablement ?

Etant donné les excellents chiffres du secteur, traduisant une croissance régulière depuis de nombreuses années, et compte tenu de l’extrême démocratisation du marché de l’art à de nombreux types de publics, l’investissement sur ce marché en particulier demeure une option tout à fait viable. Plus besoin d’être un initié : grâce à Internet, les informations utiles sont à disposition du plus grand nombre, à condition de savoir bien sûr où chercher. Artprice propose ainsi une base de données importante, fruit d’un travail de regroupement important de nombreux manuscrits et catalogues de ventes publiques.

Les publics actuels de la plateforme sont divers et variés : on compte non seulement des professionnels et des collectionneurs, mais également des musées et autres maisons de ventes, dont l’un des objectifs est la prise d’informations sur les tendances de la vente virtuelle. Ainsi, la société lyonnaise est l’unique interlocuteur mondial, disposant de toutes les informations pour le calcul efficace du rendement d’une œuvre.